sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

csbl01
 
 
  La traversée de Bondoufle
 
 
Christian Fauguet - CB/ET
 
 
 

Au commencement, tout était tohu et bohu, et l'esprit soufflait sur les eaux.


Diapason, rose nouvelle de Georges Delbard... une retombée de la recherche
spatiale. Diapason donne le ton !

Ainsi débute la Genèse, ainsi avons-nous été tentés d'entamer notre description de Bondoufle, cette nouvelle Babel, ce microcosme émergeant à peine du chaos originel des terres qui l'entourent, cette cité, enfin, promise, de par sa situation géographique, à un avenir prodigieux, comme le monde, déjà, aux premières heures de la Création.
Sans doute s'agit-il ici d'une renaissance; mais qui, connaissant Bondoufle aux heures de grande animation, pourrait, de bonne foi, lui contester son caractère cosmopolite ?
Qui pourrait nier le côté babylonien que lui confère la proximité du CNES?
Qui, en un mot, oserait prétendre que l'arrivée, "deus ex machina", de son considérable voisin ne revêt pas, à l'échelle de cette ville, l'aspect d'une intervention divine et partant, d'une création? Bondoufle sommeillait, dans les odeurs d'engrais et la boue des chemins, de ce sommeil funeste aux communes de moins de 279 habitants.
Bondoufle vient -de renaître et c'est aujourd'hui le souffle fabuleux de la course à l'espace qui se presse à ses portes, contracte ses artères, la traverse et semble vouloir la faire éclater tout entière, tant il est dense et joyeux, indiscipliné comme la vie.
Il suffit de voir, le matin vers huit heures, les longues théories d'autocars, les cohortes de bennes à ordures, les ribambelles de voitures de toutes sortes et d'entendre le vacarme délirant dont ils font vibrer les vitres et les murs de la petite ville pour sentir combien ce mouvement est proche du sens même de la vie qui est la lutte contre l'uniformité.
Cet éveil brutal aux activités de ce monde, après des siècles de somnolence, ne va pas sans inquiéter quelque peu les populations autochtones, et les rides semblent avoir resserré leur réseau sous la visière du garde- champêtre.
Mais ne lit-on pas dans son regard, en passant près de lui, quelque chose qui ressemble fort à de la fierté? Les nouvelles responsabilités sont souvent douloureuses, elles sont toujours enrichissantes. Le gros de la troupe passé, l'Homme-de-Bondoufle ira se réchauffer le coeur à la brûlante amitié du café-crême qui se dégage, merveilleuse, du côtoiement matinal de l'éboueur et de l'ingénieur retardataire au zinc du Bar-Tabac.
Là, tous rassemblés sur un plan d'égalité, ils boiront en communion, émus sans doute de se sentir liés dans le grand mouvement de notre civilisation, unis dans le même combat pour un avenir meilleur.
Puis la journée s'écoulera, paisible mélodie, jusqu'au temps fort du soir ; son rythme nouveau continuera de bercer les esprits quand ils s'endormiront, la nuit tombée ;

... et le sommeil de Bondoufle s'enchantera du fol espoir d'étoiles nouvelles.

 
 
   
 
x
  x

 

x
page
précedente