Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

btya1
page 1

Petite histoire de relations.

(ou le fonctionnement de la DRH au début du CNES…)

par Daniel Debernard

A 22 ans, 1958, je fus embauché chez Thomson Bagneux dans un labo d’électronique qui étudiait un radar d’écartomètrie pour le guidage de missiles mer-air.
Ce qui allait devenir le programme MaSurCa.
Je remplaçais un technicien du nom de Viot, appelé sous les drapeaux pour un temps indéfini à l’époque.
Sur une dizaine de personnes, cinq étaient affectées à la réalisation d’un prototype.
En ce qui nous concerne, il y avait Richard  et Froger.
Les études et mises au point se concrétisèrent par un ensemble complet, où d’autres services de l’usine avaient fabriqué antenne, tête hyperfréquence, émetteur, la tourelle étant fournie par la Marine.
Froger fut responsable de l’intégration de l’ensemble et je fis équipe avec lui pour toute les mises au point, campagne des tirs sur l’île du Levant et ce pendant trois bonnes années, entrecoupées par des retour au labo pour la mise au point d’un second prototype, puis du premier de série.
Froger travaillait tout seul, faisait tout, remplaçait tout le monde ; comme m’avait dit mon directeur, - Si vous arrivez à suivre, vous serez à bonne école.
Ce qui arriva puisque pour la série, je faisais l’intégration du matériel Thomson en plateforme, Froger intégrant l’ensemble des autres fournisseurs sur le terrain.
Nous étions arrivés en 1964.
En 1960, lors de la première installation au Levant, la Marine affecta à notre matériel un midship faisant son service. Il se nommait Bourdeau.
Un second midship fut affecté à l’installation concurrente de la CSF, il se nommait Debré.
Vers 61, ils terminaient tous les deux leur temps de service.
Nous savions que notre direction cherchait à renforcer notre équipe et assez naturellement les contacts se concrétisèrent par leurs  embauches.
Debré travailla surtout avec Richard sur les détecteurs de phase, cœur technique de notre système, Bourdeau sur tous les autres aspects.
Je me souviens avoir réalisé un appareil de mesure de la puissance des magnétrons et divers asservissements de klystrons avec lui.

 

sommaire
page précédente
page suivante


x