x
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

ctai01
 
 
  Quelques idées sur le Bilan ...
 
   
 
 
 

Extrait de la Conférence de presse du 16 janvier 1974. Maurice Lévy (Président)
Installation des industriels du spatial à Toulouse

" On a imaginé le transfert du CNES à Toulouse pensant que les industriels du Spatial allaient suivre Or, il se trouve qu'ils ne sont pas allés à Toulouse estimant que les programmes du CNES n'étaient pas assez suivis.
Maintenant que vous avez un programme “musclé”, pensez- vous que les industriels vont venir à Toulouse?

M. Levy : "Ma tendance aurait été de répondre "oui". On pouvait l'espérer mais comme vous le savez, nous entrons dans une conjoncture économique qui n'est pas très favorable aux investissements.

Dans un tel contexte, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'industriels qui en ce début d'année, essayent de faire des dépenses qu'ils peuvent éviter à l'heure actuelle.

 
  L'équipe de foot de la Division Satellite fut particulièrement performante cette année là ...
 
Un toulousain:
Cette année là, je quittais définitivement la Division Satellite, menaçée d'une lente extinction faute de budget... j'étais alors adjoint du chef de Division, chargé du développement des Satellites, mais les méthodes avaient singulièrement changées... l'on n'avait plus besoin de moi!
(M. Taillade)

Jugez en plutôt avec cet extrait du livre “Michel Lefèvre, Marin de l’espace

Un jour de 1972, Michel Lefèvre et plusieurs de ses collègues sont en train de faire la queue au restaurant de Brétigny. Tout à trac et mine de rien, Jean-Claude Husson, nouveau venu à la direction des programmes du CNES, leur lâche qu'un tout premier tir à Kourou de la fusée Diamant est prévu dans quelques mois; et que le lanceur risque fort de partir sans charge utile puisque nul satellite ne lui a été affecté.
Michel manque en lâcher son plateau de saisissement!
Quand lui-même et ses collaborateurs arrivent à la caisse pour régler le montant de leur déjeuner, ils ont déjà une esquisse de satellite sur une serviette en papier. Moins de quarante-huit heures après ses caractéristiques ont été définies.
    Ce sera un satellite sphérique de vingt-cinq centimètres de diamètre, un polyèdre à vingt faces dont chacune comportera trois réflecteurs laser en aluminium traité spécialement pour ne pas vieillir; on aura donc une batterie de soixante réflecteurs au total, équidistants du centre de la sphère, qui permettront de tirer plein bénéfice du rayon laser et de mesurer le champ de gravité avec un maximum de précision. De plus, le cœur sera en uranium non radioactif de manière à ce que le satellite bénéficie d'un maximum de densité, ce qui limitera les forces de frottement qu'exerceront sur lui les résidus d'atmosphère et l'albédo de la Terre, ainsi que l'action du rayonnement solaire.
Sans perdre une seconde, afin de se donner toutes les chances d'être au rendez vous du tir de Kourou, l'équipe met par télex le SAO (le Smithsonian Astrophysical Observatory) d'Harvard au courant de son projet. Les collègues et amis américains font le soir même connaître leur réponse enthousiaste: ils sont d'accord sur l'essentiel et prêts à coopérer. Dans les trois mois, la proposition sera officiellement approuvée.

Starlet: ce sera, à l'origine, le nom du futur satellite ...
Starlet
 
   
 
x
  x

 

x