Accueil | Tous les Documents
 
Sommaire
page gauche
page droite
page précédente

hami302
  page 02

 

 

108 minutes d'attente


Le blockhaus

On se retrouve alors au sous-sol du blockhaus autour de l'interphone de sonorisation générale.

Instant théorique de séparation 3e étage! proclame l'officier de tir.

Tout à l'air correct; accoudés sur les tables traçantes, les Techniciens sont silencieux, attentifs... La fumée des cigarettes estompe les contours de la petite salle, lui donnant l'allure d'un cabaret à décors de science fiction.
Derrière la verrière du P.C. ciné les officiers sont muets comme des carpes dans un aquarium.

H + 11mn 45. Perdu Aquitaine, annonce une vois sèche à l'interphone.


le petit satellite à maillot rayé

Il est perdu ! le petit satellite à maillot rayé est hors de portée des moyens du champ de tir, il va falloir attendre son prochain passage, à ce moment seulement on pourra être convaincu d'une réussite totale.

A tous ! annonce posément l'Officier de tir.
A tous, calculateur, télémesure, cinés ... arrêt tous moyens, passez au jaune.

Les réponses affirmatives se succèdent, chaque moyen donne son résultat, radars, cinéthéodolites, caméras ... la poursuite a été bonne.
Ca chuchote, il fait chaud dans ce sous-sol de blockhaus qui s'enfume... deux heures à attendre avant d'être sur de la réussite de l'exploit.


Le Guéprate

Le compteur horaire lumineux affiche H + 18mn 27s. Le Guépratte, bateau d'écoute, qui vogue au large du golfe de Gabès annonce faiblement son observation dans une friture de parasites... Il semble que celui-ci ait capté A1 par intermittence et pendant une courte durée.

Vu Aquitaine ! hurle une vois déformée par l'émotion.

C'est l'explosion de joie dans le sous-sol du blockhaus, on ne s'entend plus, les visages, jusqu'alors tendus, s'éclairent. L'interphone continue à nasiller mais on ne l'écoute plus...
On a réussi... il tourne, il tourne... Le minuscule pinceau d'onde du radar Aquitaine a trouvé la non moins minuscule capsule qui tourne à 28 000 km/heure dans un espace infini. On a gagné, on a gagné !

P.C. demande compte rendu Aquitaine. Les visages sont décontractés et souriants.
Aquitaine de P.C.C.T. ! ... Aquitaine de P.C.C.T. ! je suis toujours preneur de renseignements qualitatifs, continue la voix de l'officier de tir.


On a gagné ....

Et la conversation continue d'interphone en interphone, de téléphone en téléphone, mais qu'importe on a réussi, le reste n'est plus qu'un bavardage technique anodin, on ne se soucie plus du détail.

On a gagné encore une fois, la technique a vaincu l'espace, et la France toute seule, si petite soit-elle à coté des colosses américains et russes, a placé du premier coup son petit satellite A1, dont les quatre antennes qui le hérissent, émettent le bip-bip caractéristique.

Gilbert Cazin

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note du webmestre à tous ceux qui sont peu au fait des dessous de l'espace:
A1 n'a jamais émis "son bip-bip caractéristique" car "les antennes qui le hérissait" on été détruites par la coiffe au moment de la mise en rotation et avant la mise à feu du 3e étage. Néammoins les phases de lancement et de mise sur orbite ont pu être suivies par le radar Aquitaine grâce aux émissions du répondeur radar dont les antennes, différentes de celle de A1, étaient protégées.

Mais grâce à un enfumage parfaitement bien organisé (la presse était interdite sur le champ de tir) personne n'en a été informé.

- A la conférence de Presse dans la soirée du 26 novembre 1965 au Ministère des Armées, bd. Saint-Germain à Paris donc plusieurs heures après le diagnostic de panne du satellite A1, le document remis aux journalistes faisait état d'un fonctionnement normal....
- Jacques Garat et France Inter n'y avaient entendu que du bleu... en effet ils ont diffusé le fameux bip-bip que tous le monde pouvait, bien entendu.... entendre !

La preuve diffusée dans la soirée du 26 novembre et dans la matinée du 27:

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

La nouvelle de l'évènement remplit la presse du lendemain: elle fit état de la « réussite complète du lanceur » en consacrant plusieurs pages et éditoriaux au vol réussi, les paramètres de l'orbite étant très voisins de ceux prévus : devant cet exploit qui fut fêté par toute la presse, la seule ombre au tableau, la perte des liaisons avec la capsule, fut qualifiée de "légère" par Nicolas Vichney dans "Le Monde" daté des 28-29 Novembre 1965.


Ce document, écrit par Gilbert Cazin, militaire du contingent pour ses collègues de la base d'Hammaguir, est très intéressant; en effet il montre que l'enfumage a été total.
Ce numéro de "Deux colonnes dans la lune", le journal de loisirs de la base a sans doute été imprimé quelques jours après le tir!

Hammaguir où toutes les informations sur le lancement avaient abouties pendant le tir, était le donc lieu où la fumée restait la plus noire!
J'aimerais bien avoir un contact avec Gilbert Cazin pour savoir... s'il savait !

Mais tout cela n'a plus d'importance... on a gagné !