Bien noter le coté "marécageux" du CNES....
On a du faire quelques misères à Regipa...
Traduire: Ils se sont passé un gros enguelot
x
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

bac00
 
 

La création du centre de lancement d’Aire sur l’Adour

R. Régipa
 

La réussite de la campagne aux Iles Kerguelen incite la communauté scientifique à organiser les lancements des ballons stratosphériques en France. L’étude des conditions de vol met en évidence la difficulté de l’intégration des ballons dans le domaine aéronautique.

Détaché de l’armée de l’air, Robert Régipa se met en relation avec le CEAM de Mont-de-Marsan qui propose un vol de type militaire. L’essai en bout de piste bloque la circulation aérienne en attente d’une diminution du vent à moins de 2 m /s. La cohabitation s’avère impossible, mais une solution est proposée avec une implantation sur l’aérodrome d’Aire-sur-l’Adour qui est à la limite de la zone opérationnelle militaire.

Cette solution n’a pas l’agrément du Professeur Blamont qui le fait savoir oralement à l’équipe de base (Claude Bannelier, Pierre Vincent et la secrétaire Françoise Patureau, devenue par la suite Règipa) qui a accepté son implantation à Aire sur l’Adour .

Après négociation avec le Contrôle Aéronautique de Bordeaux Mérignac la décision de la création du Centre de Lancement de Ballons d’Aire-sur-l’Adour (CLBA) est prise.
Un petit commando technico-opérationnel fonctionne sous l’administration du Service d’Aéronomie jusqu’à l’inauguration du Centre de Lancement.
Il doit alors s’adapter à une structure organisée de plus en plus importante, avec la prise en compte des ballons par le CNES (fin 1964) et surtout avec la création du Centre Spatial de Toulouse (fin 1968).
Après la construction du centre, création de la Section Etudes Ballons avec l’appui de Pierre Madier et création du centre opérationnel qui sera dirigé par Robert Régipa puis en 1965 par Georges Aubert, et en 1967 par Armand Soubrier.
L’implantation à Toulouse conduit à la à la création :

  - d’une PME toulousaine de fabrication industrielle avec un ingénieur dirigeant le bureau d’études,
- d’un laboratoire industriel dans le premier bâtiment en construction sur le terrain marécageux du CNES qui permet la mise au point des ballons Eole
- et fin 1971, avec la venue à Toulouse de Monique Régipa, comme chef de l’atelier ballons de l’usine Zodiac-Espace.
La fabrication reste implantée à Aire-sur-l’Adour en liaison avec la Société Potez qui assure la production des ballons grâce à la décentralisation de la famille Régipa.
 
xx
x
x

 

x