banner
Accueil | Tous les Documents
 
Sommaire
page gauche
page droite
page précédente

 

 

 

 

 

 

 


bag201
   


Compilation Technique


Les spécifications techniques des équipements SITTEL

La Télémesure

Émetteur

Fréquences: 400,170 - 400,650 - 400,905 - 401,160 - 401,490 MHz
Puissance: 500 mW / 50Ω
Modulation: phase (1 radian)
Bande passante: 30 Hz à 150 KHz
Stabilité de fréquence: +/-5.106

Multiplex FM - (VCO)

Voies; 4 à 14 du standard IRIG, la voie 10 étant réservée à la transmission du signal distance
Excursion de fréquence: +/- 7,5%
Signaux d'entrée: niveau 0 à + 2 volts, impédance de source < 1KΩ
Linéarité meilleure que +/- 0,5%
Dérive maximale de la fréquence centrale 1%

Commutateur-codeur MIC

Rythme d'horloge:
- sur quatre octaves de: 8.192 à 131.072 bits/sec.

Cadence d'échantillonnage
- voies rapides: de 32 à 512 fois/sec.
- voies lentes: de 2 à 32 fois/sec.

Nombre d'entrées:
- analogiques: 80
- numériques: 280
La capacité maximum était de 108 voies qui, par le jeu des surcommutations, aboutissait à une configuration minimum pour une cadence de prélèvement maximum et pour le rythme le plus élevé à:
2 voies analogiques lues 2.048 fois/sec.
8 voies analogiques lues 1.024 fois/sec.
8 voies analogiques lues 32 fois/sec.
4 voies numériques lues 1.024 fois/sec. (qualifiées de voies rapides)
8 voies numériques lues 512 fois/sec.
8 voies numériques lues 32 fois/sec. et 2 voies numériques double précision (16 bits) lues 64 fois/sec

Précision
0,4%

Spécifications des entrées:
- analogiques, dissymétriques de 0 à +2 volts/1kΩ
- numériques, niveau "0" entre -12 volts et +0,5 volt/1kΩ, niveau "1" entre +2,5 volts et +12 volts/1kΩ

Logique de synchronisation des entrées numériques:
- pour les voies numériques rapides, un dialogue par un échange de signaux peut d'établir: au moment où l'expérience est prête à fournir sa mesure, elle délivre alors un signal "autorisation de lecture" au niveau "0". Une fois le prélèvement fait, le codeur fournit, en retour, un signal "fin de lecture" au niveau "0"

Signal de sortie:
- codé NRZ-S, ce code avait été choisi dans le but d'améliorer la synchronisation primaire sachant que, par câblage, nous forcerions les entrées non utilisées au niveau "0".

La télécommande

Récepteur

Fréquence: 444 MHz Composition d'un message: deux fois le code-adresse sur 10 bits, puis deux fois le code-ordre sur 10 bits. Rythme des messages: 5 par seconde Nombre d'adresses: 10 Nombre d'ordres: 20 Taux de détection: 0,99 pour un rapport signal/bruit de 20 dB Taux d'erreur: 1 pour 106 messages pour un rapport signal/bruit de 0 dB Utilisation: relais bistables au pouvoir de coupure de 2 Amp. /12 volts.

Le Système d'aérien

Comme l'intervalle entre les valeurs de fréquence de la télémesure et celle de la télécommande était d'environ 10%, il était commode et possible de n'utiliser qu'une seule antenne pour l'émission (TM) et la réception (TC). Alimentée par l'intermédiaire d'un duplexeur, chacun des deux filtres constitutifs présentait une réjection supérieure à 30 dB, pour une perte d'insertion de 1,5 dB. L'antenne, en forme de "L", était fixée sur un plan de terre équivalent au plateau métallique de la structure du châssis: la polarisation était quasi circulaire.

Le Système d'alimentation

Les piles avaient cédé leur place à des batteries d'accumulateurs (couple cadmium-nickel) dont l'autonomie était voisine d'une dizaine d'heures (12 volts/10 AH).

La Structure et la Protection thermique

De forme cylindrique, le châssis de la nacelle était constitué de deux plateaux métalliques. Celui du fond regroupait, sur une face, l'ensemble des modules et sur l'autre face (au dos) l'antenne; les deux plateaux étaient maintenus écartés par des entretoises. Le tout était fermé et cerclé par un bandeau de tôle mis en place et vissé en haut et bas sur chacun des deux plateaux. Le cylindre (Ø 55 cm x 20 cm) était, alors, confiné dans un caisson en polystyrène (épaisseur 10 cm), lui-même taillé dans la masse.
Le poids total approchait les 18 Kg.

La représentation du format du commutateur-codeur MIC – SITTEL met en évidence les ambitieuses possibilités de l'équipement.


Format du commutateur-codeur MIC – SITTEL

Pendant les neuf années de vie opérationnelle il y eut trente quatre (34) vols effectués pour le compte de quatorze (14) groupes scientifiques plus quatorze (14) vols (technologiques) pour le compte du CNES. Le choix des rythmes fît apparaître que sur les quarante huit vols (48), vingt cinq (25) nécessitèrent un rythme de 8Kbits et bien souvent moins, quant au "remplissage", sur vingt huit (28) vols, il fut inférieur à trente voies. Une seule fois le codeur fut extrait de la case SITTEL et mis sur une nacelle scientifique pointée, nacelle sur laquelle l'utilisation de fils souples et contacts tournants était exclue.