x

Mai 68 au CNES...

Ce document devrait vous rappeler de bons souvenirs...

Faites nous les partager.

j'attends vos papiers, vos photos, vos numéros de téléphone pour en discuter et alimenter ce sujet.

sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

cnba01
 
Cela a commencé le 20 mai 1968 ...
 
  P. Huguier (CT/SL).
 
 

Ceux qui sont arrivés à l'heure ce matin-là constataient que les gardiens étaient doublés des délégués du personnel dont le rôle n'était pas de contrôler les entrées, mais de distribuer une aimable invitation.
C'était une invitation pour une réunion, le jour même, à 12 h 30, devant le bâtiment Lagrange, afin de discuter des revendications relatives à la décentralisation à Toulouse, qui avaient été repoussées par la Direction.
Cette réunion de plein air a groupé plus d'une centaine de participants; il ne faisait pas très chaud, le vent soufflait, les gens piétinaient, la discussion également.
On a parlé de différentes questions brûlantes afin de se réchauffer - en particulier de grève, de salaires, de politique, de commissions paritaires et de bien d'autres choses encore.
En fin d'après-midi, une nouvelle réunion aboutissait à un vote à main levée sur la grève. Il a été difficile d'estimer le nombre de doigts en l'air; certains ont prétendu l'évaluer grosso modo à la moitié du nombre des présents.
Le lendemain, mardi, la discussion a commencé à s'organiser dans la salle de conférences du Laplace, que d'aucuns, par la suite, ont baptisé "Salle du 21 mai" et qui était pleine à craquer.
Parmi ceux qui participaient à cette réunion, certains se déclaraient en grève, d'autres venaient s'informer avant de prendre une option.
Le principe de la mise en place de commissions paritaires a été admis. Une motion, courte, était rédigée :
1) Le personnel en grève, employés, techniciens, ingénieurs, cadres, demande que soient créées des commissions paritaires au CNES.
2) Le personnel en grève demande qu'une commission d'étude paritaire préparatoire soit créée.Les représentants du personnel dans cette commission seront élus au suffrage secret. Cette commission d'étude sera mise en place dans les plus brefs délais. Des commissions que l'on appellera plus tard "spontanées" se formaient aussitôt; chacune d'entre elles étudiait un sujet particulier.Y participaient tous ceux qu'un sujet intéressait particulièrement; parmi ceux-ci : structure, sous-traitance, salaires, décentralisation, politique spatiale et relations extérieures, formation, promotion.

Le 22 mai, la Direction répondait favorablement à la motion présentée par les délégués.
Le 23 mai, jour de l'Ascension, était férié. ll avait été prévu que le vendredi 24, le service serait normalement assuré. Or, le 23, le contre-ordre arrivait : ce jour serait chômé et non récupérable. Les élections pour la Commission Paritaire Préparatoire ou C.P.P., ont eu lieu le 28 mai.
Le vote était accompagné d'un référendum sur la grève : poursuite ou non, et dans l'affirmative : perlée ou totale; l'électeur était également invité à répondre à une enquête "salaires".
En même temps, un "Comité de liaison" se formait pour assurer les liaisons entre les élus de la C.P.P., et les différentes commissions; ses réunions se tenaient quotidiennement, de 16 à 17 heures et les commissions spontanées se réunissaient, chaque matin, de 8 à 10 heures.
D'autre part, il y eut également des réunions "échanges d'opinions" au bâtiment Laplace, où étaient instaurés des dialogues relatifs aux problèmes brûlants d'actualité ou à ceux, plus généraux, d'options politiques ou philosophiques.
Lorsque le mouvement de grève a diminué à l'échelon national et que le travail a repris dans l'industrie, l'effervescence du CNES s'est calmée et le travail des commissions s'est poursuivi, de façon plus calme et ordonnée.
Un syndicat autonome s'est créé au sein du CNES. Il s'est fait connaître à l'ensemble du personnel en l'invitant à y adhérer.
Des réunions et conférences ont eu lieu; elles furent organisées par les délégués syndicaux autour de personnalités de leurs centrales syndicales.
La C.C.P. a longuement travaillé pour mettre au point un protocole qui devait d'ailleurs être accepté par le personnel, le 5 juillet. Les 8 et 11 juillet ont eu lieu les élections des membres de la Commission paritaire et des commissions spécialisées.

 

 
x