Accueil | Tous les Documents
 
Sommaire
page gauche
page droite
page précédente

bag201
   

 

JOURNAL DE Mme T. (extraits)

 

La case équipements du satellite D1A (automne 1963).

Nous nous étions rencontrés en 1962, monsieur T. et moi.
Il m'avait assez vite avoué: je suis ingénieur, j'ai hâte de trouver un boulot et de mettre en pratique dans la vraie vie tout ce que j'ai appris...
Ingénieur ? immédiatement, je le visualisai en bottes de caoutchouc, vêtu d'un ciré plein de boue et le casque à lampe frontale vissé sur le crâne.

Ma seule référence en matière d'ingénieur, c'était Gérard Philipe construisant un barrage...mais il me détrompa de suite...la boue et les gros travaux salissants c'était pas son truc...il affectionnait les labos bien propres, les travaux minutieux, un minuscule fer à souder à la main.
Ingénieur en électronique...entouré de lampes et bientôt même de ces petits machins mystérieux dont il parlait avec une certaine emphase: les transistors....?...
Quand tu vois de la fumée c'est mauvais signe, me disait-il....surtout la blanche, la plus sournoise... j'étais jeune et ignorante en matière de fumée.

J'attendais notre premier enfant...ce serait une fille, évidemment, et je l'élèverais dans les principes de la grande Simone et de son Deuxième Sexe...

Monsieur T. était originaire de Toulouse, et il rêvait de s'échapper de sa province, il rêvait du monde entier... finalement, le boulot le plus excitant qu'on lui proposait, et de loin, c'était d'entrer au CNES, un truc qui démarrait, et qui lui permettrait de se dépayser totalement.
La recherche spatiale...l'univers entier sur le palier...
Il y avait effectivement trois baraquements au milieu d'un champ de betteraves, entre Brétigny-sur-Orge et Bondoufle. Ca le faisait rêver,forcément...

Nous avions emménagé dans un petit appart sympa, juste au-dessus de l'autoroute du sud, à Morsang-sur-Orge... je passais mon temps à vomir, et à me dire que jamais, au grand jamais, un enfant de trois kilos au moins ne pourrait passer par l'issue prévue, ridiculement petite...on me cachait des choses, il y avait à ce sujet une conspiration générale et dans six mois comme "elle" aurait encore grossi, par où passerait-elle ?...(d'ailleurs, à ce sujet, j'avais totalement raison hélas, puisqu'il n'a pas pu passer, il a même refusé carrément de sortir, et qu'il a fallu m'ouvrir en deux et le tirer de là comme un lapin par les oreilles...mais c'est une autre histoire...)

Monsieur T. bien loin de mes préoccupations, revenait tous les soirs du centre français de la conquête spatiale, des histoires palpitantes plein la tête...il me parlait beaucoup de ses collègues qu'il admirait...


Monsieur G.

Monsieur G., une force de la nature...un grand gars costaud, qui pouvait bosser des heures sans se fatiguer, mangeait comme quatre monsieur T., et n'était jamais malade...


Monsieur N.

Monsieur N. un génie, qui se souvenait de tout sans prendre des notes... (il faut dire que Monsieur T.n'était pas trop gâté physiquement...il s'endormait à neuf heures tous les soirs, il lui fallait dix heures de sommeil par nuit, s'il mangeait un peu trop, il avait très vite mal au ventre, s'il buvait un peu trop (je veux dire deux verres au lieu d'un), le lendemain il était tout jaune...
et en plus il ne se souvenait de rien, un distrait pathologique bourré de pense-bête qu'il paumait partout...le moindre mec un peu normal le bluffait, forcément...la suite a montré qu'il n'en avait que plus de mérite...)

Un soir, il sortit de sa petite valoche d'ingénieur spatial un document mystérieux, qu'il avait réussi à sortir en douce en trompant la sécurité...il était excité comme une puce...
Entre deux vomissements, je me penchai sur le plan...c'était celui des circuits de la CASE EQUIPEMENTS de D1...!!!...me dit-il avec fausse modestie...
J'en restai comme deux ronds de flan...une immense carte bleu-violette, avec des tas de tortillons mystérieux partout, des chiffres, des trucs et des machins... c'était donc pour ça qu'il était payé et qu'il bossait tant !...je comprenais maintenant...je commençais à partager son exaltation...j'y croyais à peine..moi, pauvre pomme, je partageais la vie du responsable de la case équipement de D1... ça valait bien quelques sacrifices....