Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

d1c21
page 1

PETITE HISTOIRE DU LANCEMENT D1

D. Debernard

Au début septembre 1965, nous étions venus, Ladoux, Adami et moi, faire connaissance du champ de tir, pour repérer les lieux de vie, les installations, les emplacements possibles pour loger le matériel, et jusqu’aux prises de courant.

La base était encore en période de vacance, seuls quelques permanents affectés à la base Diane purent nous renseigner.
Sur le site, chacune des installations étaient gardées par des gendarmes logés sur place dans des caravanes.
C’est l’un de ces gardiens qui nous pilota sur le pas de tir qui allait être consacré à la fusée Diamant, et après le tour des installations extérieures, nous ouvrit la porte du blockhaus abritant le PC de tir de la fusée.

 

J’appelle ainsi ce bâtiment car il avait sans doute été construit sur des plans de la guerre précédente.



A l’intérieur, un fouillis de consoles vides de tout appareillage et de câbles.
Nous réussîmes à localiser notre futur emplacement, et surtout prendre toutes les données utiles pour nos alimentations.

 

 

 

Parmi celles-ci, il y avait en particulier une prise spéciale destinée à commander le largage de notre prise ombilicale. Nous devions réaliser et inclure dans nos armoires de contrôle un petit tiroir permettant de mettre sous tension , pendant quelques secondes, les fils faisant exploser un boulon pyrotechnique initialisant le largage de l’ombilical.
Une clé de sûreté bloquait le dispositif.
Dans la séquence de tir, après armement de la pyrotechnie, on me remettait cette clé, et quand le compte à rebours diffusé par le PC décomptait moins 9 secondes, je devais appuyer sur un interrupteur déclenchant le système.

Ce qui fut fait en février.
A cet instant, les voyants de la charge batterie s’éteignent, -5, -4 …-2, arrêt du décompte...,
.... stupeur générale, et une voix annonçant :
Défaut extraction prise ombilicale case équipement troisième étage.
On en connaît la cause,
..... et je me rappelle très bien que J.P. Guinard en avait fait la remarque lors d’une inspection en haut de la tour : les câbles des deux ombilicaux ne pouvaient que tomber l’un sur l’autre.

Décision fut prise de retirer la prise du satellite manuellement. Le pyrotechnicien en serait chargé lors de l’armement général.
Plus besoin de suivre le compte à rebours.

sommaire
page précédente
page suivante


x