x
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

d1cdd01
 
 
  Quelques petites remarques
 
 
 

 

Jean-Pierre Causse

 
Ancien Directeur du Sentre Spatial de Brétigny
 
 
 

On ne dira jamais assez le rôle (psychologique, humain, politique aussi bien que technique) qu'ont joué les deux premiers satellites FR1 et D1A dans le développement du pro-gramme spatial français.

Quelques petites remarques concernant les satellites Diadème:
- cette fois-ci, tout s'est bien déroulé et il restait du champagne! Pas pour tout le monde...
Je n'ai pas pu me rendre personnellement avec vous à Hammaguir à la suite d'une très douloureuse sciatique qui m'a tenu au lit pendant six semaines. Pas de TV à l'époque pour suivre le lancement. Je ne me souviens pas si la Radio le retransmettait en direct. J'étais tenu au courant par téléphone depuis Brétigny. C'est de mon lit que j'ai négocié et obtenu de Roger Chevalier (SEREB) son accord pour supprimer pratiquement toute l'électronique de la case d'équipement pour l'alléger afin d'obtenir une orbite aussi haute que possible. Le programme de pilotage du lanceur fut modifié en conséquence. Ce quatrième lanceur était toujours couvert par le fameux protocole DMA/CNES de 1962.

- puis-je rappeler autre chose: lorsque Diadème II s'arrêta prématurément et intempestivement, nous avons été appelés par Sam Stevens (chef de projet FR1/NASA) agissant officieusement de la part des militaires américains du réseau Transit (ancêtre du GPS). Nous apprîmes ainsi que nos satellites étaient observés attentivement par eux. Ils nous demandaient si D1D avait été télécommandé, comme D1A l'était, pour économiser de l'énergie, ou bien si c'était une panne. Ils nous faisaient aussi savoir que cela les intéressait beaucoup car la stabilité de l'oscillateur était très en progrès par rapport aux deux précédents, ce qui fait toujours plaisir.
Nous avons répondu par la même voie amicale et confidentielle que ce n'était pas volontaire.
Peut-être un fonctionnement du système de protection des batteries, auquel cas il se remettrait en marche tout seul pour un temps plus ou moins long.
Ils dirent alors qu'ils allaient mettre tout leur réseau mondial en alerte et qu'ils nous préviendraient. Malheureusement, le contact ne fut pas retrouvé.

Je trouve que cette histoire de solidarité spatiale au delà des vicissitudes de la politique est jolie.
En tout cas, elle montrait s'il en était besoin, que nous faisions désormais partie de la communauté spatiale internationale.

 
   
 
x
  x

 

x