x
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

d1cdc01
 
 
  La remorque à Hammaguir
pour les lancements de D1C et D1D
 
 
par André Lamblot
 
 
 

Le CNES a décidé de modifier les deux autres modèles de vol D1 en leur adjoignant des réflecteurs de rayon laser ainsi qu’une stabilisation magnétique, de manière à en améliorer les performances en tant que satellites de géodésie.

Du 4 Janvier au 7 Janvier 1967.
Comme l’année précédente je me rends en précurseur à Hammaguir pour vérifier que la remorque est parvenue en bon état.
20 Janvier.
J’embarque dans la Caravelle Présidentielle affrétée par les militaires pour le tir de nos satellites à Hammaguir.

 
21 Janvier.
Je mets en fonctionnement la remorque et je parts dans un poste du champ de tir pour y installer une armoire qui servira à la réception des signaux du satellite à son lancement.
L’après-midi, je termine la mise au point de cette baie en effectuant un essai avec le satellite D1A qui passe au dessus de nous.
Le tir d’une fusée militaire qui a quelques soucis retarde nos lancements. Nous poursuivons nos tests.
Je regarde une compagnie de perdrix des sables et deux vautours qui les surveillent.

27 Janvier.
Le vecteur militaire vient de disparaître dans le ciel, maintenant nous allons pouvoir poursuivre nos travaux.
 

Samedi 28 Janvier.

En raison de notre avance, excursion à Abadla pour casser des cailloux, trouver des améthystes et rechercher des vestiges préhistoriques.
Dimanche 29 Janvier.
Promenade à Beni Abbés avec ceux qui ne connaissent pas l’oasis.
Février.
Montage de la fusée et préparation de D1D par un temps exécrable.
La case d’équipement a été allégée d’une partie de son électronique pour permettre au satellite de monter plus haut.

 
4 Février.
La fusée est montée le long de son portique et le satellite D1C vient d’être fixé sur le dernier étage avec sa case d’équipement.
5 Février.
Nous avons déplacé notre remorque pour être dans le champ radio du satellite, mais nous sommes à 10 kilomètres du pas de tir. Répétition d’un lancement.
7 Février.
22 Heures, dernière vérification du satellite, jusqu’à 3 heures du matin le 8.
Mercredi 8 Février.
Sans prendre de repos, mais un petit déjeuner, nous voici de retour dans la remorque, nous sommes prêts à 7 Heures, commencement du décompte.
H-18 minutes, un radar tombe en panne, arrêt de 19 minutes et reprise du décompte.
A 9h39’35’’, la fusée s’élève majestueusement dans le ciel et aussitôt nous décryptons les informations qu’elle nous envoie.
Puis 1h55’ plus tard les signaux du premier passage qui nous confirme un vol parfait.
Midi, nous fêtons, avec beaucoup de champagne, ce nouveau succès.
Le satellite a pris le nom de Diadème II
 
Mercredi 15 Février.
Mise en orbite du satellite Diadème II (Périgée 596 Km, Apogée 1890 Km, Période de révolution 110’10’’, Inclinaison 39°44’).
Rangement immédiat du matériel.

Vendredi 17 Février.
Je quitte Colomb-Béchar.
Ce séjour est le dernier effectué à Hammaguir, la fermeture du champ de tir aura lieu le 1er Juillet.

Le 30 Mai à sa 643 éme révolution Diadème II tombe en panne.
FR1, Diapason et Diadème I continuent leurs missions sans défaillance.

   
page 2
xx
  x

 

x