x
page 3
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

lafc203
 
 
 
  H - 2’
 
  - Arrêt du pilotage 2e étage
- Armement du dispositif de destruction
- Démarrage de l'enregistreur derniers instants et inhibition des synthèses S.E.T.I.
- Contrôle par le S.E.T.I. des tensions de braquage 1er étage.
- Suite des contrôles télémesure par le S.E.T.I. 2
 
 
 
 
H - 10”
  - Mise en route des caméras oscilloscopes,
H - 7“
  - Mise en route de l’horloge du pupitre du tir qui, à partir de cet instant, commande automatiquement les séquences.
- Démarrage du programmeur de séquences case.
- Démarrage du programmeur de séquences d'attitude.
- Armement largage sangle.
- Coupure de la ventilation case.
- Branchement des batteries pyrotechniques de l'engin.
  H - 5”
 
  - Déclenchement des cameras fixes des cinéthéodolites et du 1er groupe de caméras de poursuite.
- Mise en route de tous les enregistrements sol.
 
Caméra de rampe Fairchild
 
 
Caméra Bourdereau
H - 2”
  - Largage de la prise ombilicale charge utile
- Largage de la prise ombilicale case,
Le largage de ces prises ombilicales conditionne la mise à feu des fusées anti-roulis.
 
H - 0: FEU
  - Ordre FEU du pupitre de tir qui déclenche:
- la mise à feu du générateur du 1er étage.
- le largage de la prise ombilicale du 1er étage.

Remarque:
Durant toute la séquence de tir, il est possible de faire un arrêt de chronologie et de revenir en arrière si cela est nécessaire.
 
 
Albert Vienne, responsable Engin
Le capitaine Robert, officier de tir
 
 
Il était 14 h 47 min 21 sec 15/100ème TU, ce top donné par le largage de la prise "derniers instants" était décodé sur l'enregistrement "derniers instants" à l'aide de la base de temps "IRIG" du champ de tir - Georges Périnelle
 
 
DECOMPTE "POSITIF"
  Nota:
On suppose ci-dessous que l'engin décolle 3 sec. après l'ordre de l'officier de tir prononcé en lisant H = - 0 au décompte.
Les temps ci dessous énoncés sont les temps lus sur les voyants du décompte qui retient 1 seconde à passer de -0 à +0.
H + 2"
  - 1 opérateur Centre d'Essais du P.C.C.T. annonce :
"Top Décollage" sur l’interphone Direction de tir d'après l’observation précise de l'instant de décollage (par exemple: retombée de la prise “derniers instants” ou la voltige des ceintures élastiques des housses calorifuges 1er et 3e étage.L'allumage de la tuyère n’est pas significatif, il a lieu environ 1,5 à 2” avant décollage).
- Top transmis à “Bacchus” - Brétigny - “Guepratte”.
H + 7”
  - Largage fusées anti-roulis.
H+1’ 35”
  - Fin de propulsion 1er étage.
- Puis séparation
La séparation des 1e et 2e étages intervient pendant la décroissance de la poussée du 1e étage.
     


  Le démarrage de la séquence est réalisé par un accéléromètre préalablement armé à 5g. La détection de la chute de poussée est faite par cet accéléromètre réglé à 1,6 g. Une seconde après la détection de la queue de poussée, les 12 vérins pyrotechniques situés sur la jupe avant du 1e étage, sont mis à feu. Ces vérins assurent le déverrouillage de la sangle de liaison et la séparation des deux étages.
- Mise à feu 2e étage.
L'allumage du 2e étage intervient une demi-seconde après la mise à feu des vérins de séparation.
     
 
 
   
H + 2'4”
  - Fin de propulsion 2e étage.
Un accéléromètre préalablement armé détecte la queue de poussée.
H + 2'30"
  - Changement de cadences des cinés 1er groupe (10 1/1)
 
 
page 3
x
x
x x

 

x