x
page 4
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

lafc204
 
 
 
  H + 2'32"
    - Largage coiffe.
La coiffe qui protégeait le satellite pendant la traversée des couches denses de l'atmosphère est éjectée
- Déploiement des antennes satellite à H + 2’ 38".
H + 2’ 47"
  - Début de basculement.
Blocage des tuyères et mise en route du dispositif de basculement.
Réglé par l'accéléromètre, le dispositif auxiliaire de pilotage prend en charge l'ensemble "2e étage vide + 3e étage" qui est basculé lentement autour de son centre de gravité. Cet ensemble suit alors une trajectoire balistique dont l'apogée a une altitude voisine de celle du périgée escompté de l'orbite.
Le basculement qui dure environ deux minutes, oriente l'engin selon une direction sensiblement parallèle à l'horizontale locale du point qui sera atteint au moment de l'allumage du 3e étage.
H + 4' 39"
 

- Mise en rotation
L'engin est correctement orienté, il est mis en rotation autour de son axe de roulis à 270 tours/mn en 1 seconde environ à l'aide de 4 petites fusées à poudre montées sur la case à équipements, de façon qu'il conserve cette attitude sans être autrement piloté.

 
 
Du champ de tir et de la station IRIS de Brétigny, on suivit le vol grâce aux équipements mis en oeuvre, jusqu'à H+279s, instant de mise en rotation de l'ensemble 2e-3e étage de Diamant.
A ce moment, la réception des émissions provenant de la capsule (sur 252 et à 136 MHz) cessa.
Les stations aval (Guépratte et Liban), ne reçurent pas : au PC de tir, on n'avait plus aucune information sur le fonctionnement du lanceur, ni sur la réussite de l'injection.... et les minutes furent longues pour tous!
(cf. J.P. Guinard)
 
 
H + 4' 59"
    - Séparation du 2e étage vide qui s'effectue selon la séquence suivante :
 
  - déverrouillage 14 sec. environ après la fin de la mise en rotation, des deux demi coquilles constituant la jupe avant largable. Ces demi coquilles se déploient par action de la force centrifuge de l'étage en rotation;
- allumage des 2 rétrofusées montées sur la case d'équipements 0,2 seconde plus tard pour assurer la séparation franche.
H + 6' 32"
  - Retombée 1er étage.
H + 7' 20"
  - Mise à feu 3e étage, lorsque celui-ci atteint le voisinage de l'apogée de la trajectoire balistique intermédiaire suivie par l'engin depuis l'extinction du 2e étage.
L'instant d'allumage, choisi de façon qu'en fin de combustion du 3e étage, la pente locale de la trajectoire soit nulle, est donné par un programmeur de séquences de l'engin à un temps prédéterminé qui est fonction de l'orbite nominale.
Un recalage de cet instant nominal est possible par un calculateur au sol, il est alors effectué par télécommande à partir des éléments d'une trajectographie réalisée pendant les premières secondes du vol balistique intermédiaire.
 
 
Seule la poursuite radar (faite par le radar Aquitaine de Colomb-Béchar, grâce au répondeur de la capsule émettant sur une antenne située sur le corps de celle-ci a permis de suivre l'engin pendant la phase propulsée du 3e étage, juste avant sa disparition sous l'horizon.(cf. J.P. Guinard )
 
 
H + 8'5"
- Fin de propulsion 3e étage - injection périgée.
H + 8'17"
  - 1ère apparition de l' engin à Beyrouth (Liban).
H + 10’ 22”
  - Séparation satellite 3e étage
H + 11’ 32”
  - 1re disparition d’Hammaguir (et arrêt enregistreurs). annonce par TM (télémesure).
H + 11' 59”
  Disparition de Béchar: annonce par le radar Aquitaine
H + 14' 04”
  - Retombée du 2e étage.
H + 21'43”
 

- 1re disparition de Beyrouth (et arrêt enregistreurs).

Je n'ai pas beaucoup hésité à glisser cette photo ici, c'est à dire, avant le 2e passage...
L'expérience du tir suivant m'a été très utile pour faire ce rapide choix (cf. J.P. Guinard)

M. Taillade

 

 
1e Passage
H + 1h 48’

  Annonce d’acquisition du satellite. La station “Diane” d’Hammaguir annonce le passage du satellite au méridien de la station.
 
H + 2h 27' : Communiqué à la presse:
 
« Le 26 novembre 1965, à 15h47 (Heure de Paris), la fusée « Diamant» a été lancée de la base saharienne d’Hammaguir et le satellite « A1 » a été placé sur orbite, conformément aux prévisions. Le lance-satellites a fonctionné normalement. La poursuite par le radar « Aquitaine » a permis au Centre de calcul de Brétigny-sur-Orge de définir les éléments suivants de la trajectoire : apogée, 1.768 km ; périgée, 528 km ; période de révolution, 108 minutes. »
 
 
2e Passage
H + 3h 49’
  De nouveau, acquisition du satellite
Visibilité :
d’Hammaguir H + 3h 58’ 12” à H + 4h 13’ 18”
de Colomb Béchar H + 3h 58’ 25” à H + 4h 13’ 24”
de Beyrouth H + 4h 5’ 30” à H + 4h 22’ 5”
H + 4h.30'
  - Arrêt tous moyens (sauf localisation C.I.E.E.S.).
- Les moyens C.N.E.S. continuent la poursuite sur 136,5 Mhz.
H + 5h
  - Fin de l’essai
 
 
Les stations de radiodiffusion, firent part de ce succès mais, non averties des difficultés de A1, continuèrent au cours de leurs bulletins d’information de la soirée du 26 et de la matinée du 27-11 à faire entendre des bip-bip pré-enregistrés! - J.P. Guinard
 
La preuve ...
Document Audio: CNES, Frémaux, INA
 
page 4
x
x
x
x

 

x