Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

resd01
page 1

 

La station de Beyrouth

par P. Foussier

 

L'arrivée du personnel et du matériel à Beyrouth s'est échelonnée sur les mois de septembre et octobre 1965.
Si l'installation du personnel s'est faite sans trop de difficultés, il n'en a pas été de même pour celle du matériel puisqu'il a fallu obtenir la promulgation du protocole d'accord entre la France et le Liban, puis la mise au point d'une formule douanière avant de pouvoir se mettre au travail.
Quoiqu'il en soit, la station était prête pour le tir de A-1 et l'aphonie de celui-ci a été d'autant plus durement ressentie que tous les efforts accomplis pour la mise en service de la station, en un temps très réduit, se sont trouvés privés de leur récompense.

Cette aphonie nous a, par contre, facilité la tâche auprès des autorités libanaises puisque A-1 a pu, jusqu'au bout, rester secret ...
Sans se décourager pourtant, la station s'est préparée pour le tir de FR-1 avant de prendre son régime de croisière: deux passages par jour environ furent assurés, pour FR-l, durant les mois de décembre et janvier, par la seule équipe de quart présente.
La routine n'était plus interrompue que par les incidents (de jeunesse) survenus au matériel.
Le tir de D-1 est venu à point pour nous apporter quelques changements: ce fut d'abord l'arrivée d'une seconde équipe de quart puis celle des techniciens constructeurs venus nous apporter un nouvel équipement.
Celui-ci nous a causé quelques soucis puisque l'antenne n'est arrivée que la veille du jour du tir!
Son montage n’était terminé que quelques heures avant l'heure H prévue. Mais le grand suspense pouvait commencer ...
D'autres voix l'ont décrit, mais aucune ne peut rendre compte de notre soulagement (après le silence de A-1 et les reports successifs) lorsque le 17 février, quelques minutes après le tir, nous avons capté les signaux de télémesure de la case d'équipements et ceux du satellite, aussi confortablement que s'il se fût agi d'une balise.

Le succès fut complet lorsque, au troisième passage, les émissions sur 150 et 400 MHz ont été reçues.

 

 

sommaire
page précédente
page suivante

Vous étiez à Beyrouth... contactez moi...

envoyez moi des photos, souvenirs, anecdotes

Transmettez moi les coordonnées des anciens.


x