page 2
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

sya02

LES RETOMBEES DE SYMPHONIE
Deux satellites novateurs, deux lancements réussis et dix ans d'exploitation pour chacun d'eux.

Un programme plutôt mal aimé
Bien qu'il ait ouvert la voie aux succès européens en télécommunication, Symphonie garde l'image ambiguë d'un programme avorté qui a surtout servi à convaincre l'Europe de faire Ariane. Cette situation tient à sa structure bilatérale qui ne plaisait ni aux Agences d'Etat, notamment celles des Télécoms (DGT en France et Bundespost en RFA ), ni aux nouvelles instances européennes ( ESA ) alors en cours de création.


Le satellite Symphonie

Un grand pas technologique
Avec Symphonie, l'Europe aborde la deuxième génération de satellites.
La France, presque seule, a franchi la première étape avec FR1, puis les D1, les D2 et Eole sous la maîtrise d'œuvre du CNES.
Avec Symphonie, on s'attaque à un problème technique beaucoup plus complexe. On officialise le partage des rôles entre les Agences, maîtres d'ouvrage et l'industrie, maître d'œuvre. On entre dans l'ére des réalisations plus élaborées comme Télécom1, Météosat, SPOT, TDF, etc…qui caractériseront la décennie 75-85.
Pour résumer l'apport technique du projet, l'accès à l'orbite des satellites géostationnaires et la stabilisation des antennes vers la Terre sont le principal défi à relever pour Symphonie.

On va innover sur de nombreux points comme le moteur d'apogée à ergols liquides, les senseurs d'horizon, les micropropulseurs de correction d'attitude, ….et faire école pour les satellites futurs.
La charge utile de télécommunication dans les fréquences 4 et 6 Ghz est plus puissante que celle des satellites en service. Elle va permettre d'ouvrir de son côté une autre voie dans l'exploitation des satellites.

Le second apport technologique du système a été fourni par toutes les manœuvres et les mesures opérationnelles qui ont suivi les lancements et qui se sont enchaînées pendant plus d'un an.
Il y a eu celles qui concernent le fonctionnement du satellite et qui ont contribué à donner aux Centres d'Opérations une compétence unique (encore d'actualité) pour les mises et maintien à poste futurs.
Du côté de l'exploitation, les essais et mesures sur les transpondeurs ont préparé l'exploitation commerciale et permis de tester de nouveaux modes de transmission (télévision, vidéotransmission, liaisons numériques, …)
Symphonie a formé dans les Agences et dans l'industrie des centaines d'ingénieurs et de techniciens qui ont pu aborder avec une solide expérience les programmes futurs de télécommunication européens.

Un bouquet original d'utilisations internationales
Symphonie avait une mission expérimentale. Le Comité Exécutif franco-allemand aurait pu s'en tenir au programme technique avec les Agences de télécommunications qui a d'ailleurs été fructueux et utile. Le parti a été de considérer que le Mémorandum NASA était respecté dès lors que les utilisations n'étaient pas commerciales (gratuites et sans engagement de continuité).
En dix ans d'exploitation, les deux satellites vont réaliser plus de 150 opérations différentes, utiliser une cinquantaine de stations et coopérer avec 35 pays allant de la Terre de feu (Argentine) à l'Inde et la Chine.


La station de Pleumeur-Bodou (France)

Des stations de taille moyenne et transportables construites en France et en RFA ouvrent un vaste horizon de coopération internationale dans une large gamme de types d'utilisations.
On va trouver Symphonie dans les premiers programmes de téléformation (Côte d'Ivoire, Canada), de visioconférence par satellite, de reportages divers par télévision (lancement d'Ariane, ORTF en Tunisie, ..) et dans les projets précurseurs de télécommunications régionales (en France avec la Réunion et St Pierre et Miquelon, et aussi en Iran, en Egypte, en Inde, …)
Les petites stations permettent de couvrir des évènements exceptionnels ou d'assurer des liaisons humanitaires. Symphonie sera à Katmandou (Expédition Everest 78), à Jérusalem (pour l'ONU), à Nairobi (pour l'UNESCO) et de nombreux salons techniques à travers le monde.

Sans contraintes opérationnelles, Symphonie est un banc d'essai inégalable pour les nouvelles technologies et l'accès aux techniques spatiales des pays en développement. Le positionnement d'un des satellites sur l'Océan Indien de 1977 à 1979 va permettre de couvrir des Amériques aux frontières du Japon. L'exploitation dure environ 10 ans. Elle décroît avec la mise en service de ECS et de Télécom1.

Autre nouveauté du programme. En fin d'exploitation, les deux satellites ont été propulsés avec leurs ergols restants à 80km au dessus de l'orbite des satellites géostationnaires pour libérer des places pour leurs successeurs. Une initiative qui s'est généralisée!

x
x