Robert Regipa
Accueil | Tous les Documents
Sommaire
page gauche
page droite
page précédente

bag103
  page 03

 


1 - Témoignages et réflexions liminaires


Retracer notre histoire, c'est bien porter un regard sur le temps qui a marqué l'ampleur du chemin parcouru par tous ceux qui, jour après jour, campagne après campagne, ont tissé le fil d'une aventure humaine commune et contribué, ainsi, à fonder une famille. Celle-ci, au gré du temps, devait s'agrandir et devenir une vraie communauté après que bon nombre de chercheurs d'horizons divers, intéressés à ce tout nouveau moyen d'investigation, sont, alors, venus l'expérimenter, puis, au vu des résultats prometteurs d'une première expérience en vol, s'y sont délibérément et assidûment rallié


Minneapolis 1961

A son origine, au sein du Service d'Aéronomie (CNRS), la petite famille était composée de deux personnes ( Robert Regipa – RR et Claude Bannelier – CB ) puis, très vite, une troisième personne ( Pierre Vincent – PV ) l'avait rejointe quelques mois avant l'embarquement pour Kerguelen (la destination de notre première campagne). Il y avait aussi un ingénieur clairvoyant et pragmatique, notre aîné (Yves Nizou – YN), que nous allions laisser en Métropole, mais qui nous avait dispensé beaucoup de son savoir et donné beaucoup de son temps pendant la phase préparatoire de cette première campagne et qui allait, encore, se montrer plus généreux à notre retour de l'hémisphère sud. En résumé, notre famille originelle présentait une structure étonnante eu égard aux maillons de filiation qu'il y manquait: sous la houlette d'un "grand-père" (RR), on trouvait un "oncle" (YN) et deux "neveux", eux-mêmes, plus "frères" que "cousins" (PV et CB). Avec un certain recul et à la réflexion, reconnaissons que nous pouvions élargir notre cercle de famille en y unissant nos compagnes qui, avec compréhension et abnégation, ont su assumer nos propres obligations lares, nous apportant ainsi un soutien psychologique indéfectible alors que, et à cause de nos tribulations planétaires, nous désertions nos pénates de manière répétitive. Même si l'histoire des ballons stratosphériques renvoie, bien souvent, aux premiers aventuriers, aux pionniers, il n'est pas exagéré de dire que, pionniers, les jeunes et les moins jeunes recrues, qui nous ont rejoints dès notre retour de cette mémorable campagne et au fil des années qui suivirent, l'ont aussi été en s'impliquant résolument dans la conception, la réalisation et l'expérimentation des équipements et matériels. Pionniers, ils l'ont été pour avoir inventé une activité et un métier, celui de ballonnier, au service de la recherche scientifique. Cette communauté de ballonniers serait incomplète si nous n'y associions pas ceux qui, appartenant à d'autres divisions au sein de notre maison (CNES), ont su donner suite, avec enthousiasme, à nos nombreuses sollicitations. Enfin, exprimons toute notre gratitude à ceux qui, extérieurs au CNES - partenaires infiniment précieux et compagnons de route pendant plus de trente années (ELFES) ou société sous-traitantes (EEE – STIIL – CEIS -- EMP – CSEE – SESA – Midi Ingénierie – SOTEREM – ELTA) - mais côte à côte et pas à pas, nous ont entourés pendant toutes ces années où notre activité était rythmée par les innovations et les améliorations continuelles.

A la découverte et à l'épreuve de cette première campagne a succédé, nécessité oblige, la prise en compte de nouveaux impératifs. Il a fallu se restituer, rapidement, dans un environnement où prévalaient les contraintes, les obligations, les instructions ou les recommandations qu'elles soient techniques, politiques ou économiques. Il était important de tenir compte des demandes de notre "clientèle" scientifique, de plus en plus nombreuse et variée, et de leurs contraintes propres, différentes des nôtres à défaut d'être complémentaires. L'activité s'est développée sous la pression de ces contraintes auxquelles se sont ajoutés des facteurs de changement. Ceux-ci viendront de toute part: de l'intégration de nouvelles fonctions dans l'exploitation des vols, du progrès technique, de nouvelles méthodes de lâcher, de l'évolution dans la réglementation de l'environnement spatial, des avancées technologiques.

La jonction en boucle (à bord de la case d'équipements) d'un signal de télécommande sur la liaison de télémesure allait avoir pour résultat de nous fournir la trajectoire des ballons; cette nouvelle fonction devait nous apporter une autonomie opérationnelle rêvée et créer au final une ambiance destressée. La demande de nos passagers scientifiques qui souhaitaient disposer d'une bande informationnelle accrue sur la transmission de télémesure nous a mené au changement de la fréquence porteuse et du type de modulation de nos liaisons radioélectriques. L'ère du numérique s'est installée avec son cortège de facilités et de services multiples ( structures de protocoles d'échanges, multiplexage temporel, transmission des données par paquets, GPS ). Peu de temps avant le tournant du siècle, l'informatique grand public s'est invitée et imposée; nous nous sommes, alors, frottés aux techniques nouvelles dans l'échange d'informations (Internet).

L'ensemble de ces contraintes, sujétions et transformations nous ont fait et nous font encore vivre, depuis près de cinquante années, une situation de développements quasi permanente: l'évolution technique a fait de notre passé un présent perpétuel et l'avenir sera, toujours, plus à construire qu'à prévoir.

….mais revenons au début et commençons par le commencement.