Banner
Accueil | Tous les Documents
 
Sommaire
page gauche
page droite
page précédente

bag212b
  page 2




La gestion consistait à sécuriser la prise en compte à bord de toutes les instructions et à maîtriser toute perte d'information. Nous disposions de deux signaux d'état pour contrôler le fonctionnement du système de bout en bout: soit dit, depuis l'entrée du multiplexeur (au sol) jusqu'à la sortie du démultiplexeur (à bord).
Sur le trajet montant (sol – bord), la sécurité dans la transmission faisait l'objet d'un contrôle de redondance cyclique (CRC), élément de vérification qui était calculé au niveau du multiplexeur sol (TC) puis vérifié dans le démultiplexeur (TC) à bord; c'était un premier signal.
Le second, sous la forme d'un message d'acquittement généré à bord, par le démultiplexeur de TC puis retransmis vers la station au sol via le canal de télémesure, confirmait (ou infirmait) la prise en compte de l'instruction; tant que l'instruction n'était pas livrée à l'utilisateur, elle était répétée par le multiplexeur au sol.
Pratiquement, un protocole avait été mis en place pour superviser le flux des données transmises entre le sol et le bord; ce qui avait eu pour conséquence de devoir créer des signaux de dialogue que les divers utilisateurs devaient s'échanger avec les coupleurs d'entrées du multiplexeur.

Le matériel étant univoque, la différenciation fonctionnelle s'opérait donc au niveau logiciel.
Quelle qu'ait été la fonction désirée (TM ou TC), nous devions décrire les paramètres de la mission (les besoins de l'expérimentateur) à un configurateur. Celui-ci établissait les tables de configuration et de scrutation (pour le bord-TM, pour le sol-TC) ou de restitution (pour le sol-TM ou le bord-TC) puis les assemblait avant d'éditer, à l'aide des logiciels intégrés (bord et sol), les liens qui allaient permettre la gravure des mémoires (PROM - bord et sol).
Une édition imprimée nous rendait compte de la configuration choisie ainsi que des interventions manuelles à effectuer sur le matériel (la position de straps-adresses sur les cartes, du rythme de bits).

Matériel embarqué

 

L'ensemble du matériel embarqué, et quelle que soit la fonction, était systématiquement doublé
(redondance).

 

 

Les deux racks ci-contre représentaient l'encombrement d'un matériel (TM et TC), embarqué à bord d'une nacelle scientifique (vols emportant des charges utiles de poids moyens); les servitudes opérationnelles étaient assurées par la NSO.

Le rack (ou panier) supérieur (étiqueté verts) regroupait les équipements de TM, soit:

- deux émetteurs,
- un module unité centrale (carte double),
- deux modules avec quatre entrées chacun (cartes doubles),
- un tiroir (à gauche) gérant la commutation des émetteurs.

Le panier inférieur (étiquettes orangées) rassemblait les équipements de TC, soit:

- le tiroir (à gauche) de servitudes assurait la commutation des batteries et le contrôle des comptes rendus de TC,
- Le tiroir (le premier orangé à gauche) était le décodeur du contrôle du fonctionnement global de tous les équipements embarqués ETNA (carte double),
- Le module (carte double) suivant distribuait les sorties (3) vers les expérimentateurs,
- Le dernier intégrait l'unité centrale (carte double)
- Puis deux récepteurs (à droite) séparés d'un coupleur 3 dB au milieu.