Banner
Accueil | Tous les Documents
   
Sommaire
page gauche
page droite
page précédente

bag214
   


La transmission de données - ETNA

 

Nous avions eu un avant-goût, avec RELIQUAT, de la transmission de données et avions apprécié l'amélioration des conditions de travail que nous apportait ce tout dernier service. Il n'y avait, donc, aucune contre indication pour ne pas reproduire, après l'avoir améliorée, cette même fonction avec le matériel ETNA.

La souplesse d'application du matériel ETNA allait nous offrir la possibilité de le transposer (dans sa version TM) comme moyen d'interface avec les équipements de raccordement aux réseaux (ETCD- équipement de terminaison de circuit de données: ce n'est ni plus ni moins qu'un modem, mais dans notre application tout particulièrement sophistiqué.).

La description d'une configuration TD était semblable à celle d'une TM. La seule différence concernait le rythme de bits qui, dans tous les cas de figure (soit à l'entrée d'un séparateur ou à la sortie d'un concentrateur), était délivré par le modem; le matériel ETNA devait donc travailler avec une horloge externe: ce qu'il savait faire.

Synoptique Etna
Schéma synoptique illustrant une configuration complète - ETNA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les données étaient les suivantes.

- L'expérimentateur se trouvait à la station amont (EXP).
- Il y avait dans chacune des stations un opérateur ballon (OPS).
- Les deux stations étaient reliées par une ligne spécialisée aux extrémités de laquelle on trouvait un modem (ETCD).
- Chacune d'elles possédait comme moyens de communications: un poste téléphonique pour les transmissions orales (TPH) et un écran-clavier pour l'envoi de messages opérateurs (MOP).

Les équipements qui sont représentés hors encadré correspondaient à une configuration de base (TM et TC) qu'il convenait de disposer dans chacune des stations, ceux, encadrés de tirets, étaient nécessaires pour assurer la fonction de TD.
Selon le taux d'occupation de la ligne, la station amont pouvait, aussi, gérer les servitudes opérationnelles (à condition quelles fussent numérisées) et libérer, ainsi, l'opérateur aval de toute responsabilité. Même si l'expérimentateur utilisait le débit maximum autorisé, il était toujours possible de travailler, par moments, en temps partagé.