Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

d1c402
page 2

Les différents changements de fréquences sur les liaisons s'effectuent sans heurts et vers H -1 h 30, les communications sont définitivement établies avec le champ de tir, les stations du réseau CNES et la station de NICE.
H -1 h, H -30 mn....
H -12 mn 30 s : Le CNES annonce JAUNE au champ de tir.
H -11 mn : Arrêt de chronologie.
La chronologie reprend au bout de 4 mn 30 s.
H -10 mn, H -5 mn ... H -2 mn 30 s : Le CNES annonce VERT au champ de tir.
H -1 mn. Tout se déroule très vite : 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1, top allumage!

Silence religieux ...
Les secondes passent et notre correspondant "champ de tir" nous transmet le top décollage avec quelques secondes de retard! (Homme de peu de foi ... )
Mais cette fois-ci la fusée s'élève : c'est parti!
F. PENE et P. DESBOURDES ont pris au vol sur leurs chronomètres un top décollage douteux destiné à fournir un certain ∆T au centre de calcul. Tout le monde pousse un soupir de soulagement, sauf notre Ministre qui est absent.....
1 ère heure de décollage: 08 h 33 mn 39 s....rectifiée 3 minutes plus tard: 08 h 33 mn 36 s 89.
Les évènements se précipitent:
- allumage 2ème étage,
- acquisition DIANE,
- acquisition AQUITAINE (KH),
- phase balistique intermédiaire,
- largage coiffe,
- mise en rotation,
- séparation,
- allumage 3ème étage, - etc ...
DIAPASON semble avoir commencé sa course spatiale...

BRETIGNY acquiert à l'heure prévue (H +3 minutes) malgré la faible hauteur du passage (6°) et permet au Centre de Traitement d'établir immédiatement un contrôle visuel immédiat (C.V.I.) sur la télémesure 136 MHz du satellite que l'on s'empresse de retransmettre au Directeur du Projet.
Les données KH tombent en temps voulu sur les deux lignes télétypes nous reliant avec le calculateur du champ de tir et sont remises toutes chaudes avec les données Doppler et DIANE à la Division Mathématiques qui commence sur l'heure les savants calculs dont les résultats doivent permettre de donner un critère de satellisation, des éléments de contact et des points de rendez-vous.
Ces derniers permettront le pointage du radar AQUITAINE au passage suivant au-dessus de HAMMAGUIR.
Le narrateur oublie de signaler qu'il a arrêté son chrono sur un très douteux top allumage du 3ème étage, devant lui permettre de déterminer le fameux ∆T et transmet avec assurance au Centre de Calcul:
"... ∆T nul, engin nominal".

H +10 minutes: la station aval du LIBAN acquiert la télémesure 136 MHz du satellite, puis la télémesure 252MHz de la case d'équipements, mais point d'émission des émetteurs 150 et 400 MHz qui, cependant, auraient dû être mis en marche automatiquement.
Las! Les minutes passent et le satellite disparaît sous l'horizon du LIBAN sans avoir daigné donner le ton...

sommaire
page précédente
page suivante


x