page
précedente
x
page 2
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

d1cde02
 
 
 
 
 

Principe de l’expérience de D-1 C et D-1 D
1- L'expérience laser :


La station laser

A - Il faut d'abord une station au sol, qui émette une impulsion lumineuse de très courte durée (30 "milliardièmes" de secondes) et de grande énergie fournie par un laser. Les réflecteurs qui se trouvent sur le satellite renvoient l'éclair reçu en direction de la station. La mesure du temps écoulé entre le départ et le retour de l'impulsion permet d'en déduire la distance satellite - station à plus ou moins 1,50 mètre près.
La station doit comprendre les équipements suivants:
- un émetteur laser,
- une lunette d'acquisition qui repère le satellite dans le ciel pour le pointage du laser,
- un télescope, qui reçoit l'écho,
- une horloge atomique, qui mesure le temps.

B- les réflecteurs placés sur le satellite.

Un réflecteur est un trièdre (il y en a 144 par satellite) qui a une face par laquelle entre la lumière et trois faces réfléchissantes recouvertes d'argent; il a la propriété de réfléchir toujours la lumière dans la direction d'où elle vient. Ces réflecteurs sont fabriqués d'après des études faites par Sud Aviation.


D1 C et ses dédicaces


C- Principe de l'opération:
La station cherche le satellite avec sa lunette, en utilisant les prévisions établies par la Division Mathématiques et Traitement à partir des trajectoires provenant des mesures interférométriques Diane, pointe le faisceau laser: ce dernier est réfléchi par le satellite et l'écho revient dans le télescope placé près de l'émetteur laser. Il est ainsi possible de mesurer des distances entre deux stations laser, en connaissant d'une part la vitesse de la lumière, et d'autre part, le temps que l'impulsion a mis pour aller au réflecteur et revenir à la station.

2 - L'expérience Doppler.
Une station comprend un ensemble de réception qui reçoit sur deux antennes les fréquences de 400 et 150 MHz, émises par le satellite. la mesure de la différence entre la fréquence émise par le satellite et celle reçue au sol donne la vitesse radiale du satellite, et permet ainsi de reconstituer la trajectoire.
La comparaison des trajectoires reconstituées à partir des trois stations Doppler permet de traiter les problèmes de géodésie.

IV - Le CNES autour de D-1 C
La Direction des Programmes et du Plan et la Division Satellites du C.S.B. se partagent les tâches du projet.


Préparation pour les essais

La première (J.M. De Lamare et J-C. Husson) est responsable de l'organisation de l'expérience de géodésie.
La seconde compte, autour de A .Adamy les personnes suivantes:
- D .Moreau, chargé de l'intégration électrique,
- P .Brossel, chargé de l'intégration mécanique,
- G .Bonnet, chargé des études thermiques,
- A. Alouges, chargé des études magnétiques.
MM. Alexandre, Perrenot, Salanié, Ienenaon de la Matra travaillent avec eux à Brétigny et jouent un rôle de coordination.
- Travaux sur D-l C, état d'avancement.
Les essais de qualification du prototype sont actuellement terminés. Des essais au vide thermique (essais d'endurance par maintien à une certaine température) et des essais au vide-soleil (vide à l'intérieur de la chambre qui est éclairée avec le soleil artificiel), ont eu lieu au mois d'Août à Brétigny.
En Septembre, des mesures des diagrammes d'antennes eurent lieu au mât d'antennes.
L'intégration électrique des deux modèles de vol va maintenant être entreprise (mise en place des différents modèles et de toute l'électronique). Les seules difficultés rencontrées sont celles dues aux délais trop brefs: il est très difficile de suivre le planning.

 
 
 
   
page 2
x
 
x

 

x