x
page 7
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

d1g07
 
 
 
 

Conclusion
Le lancement de FR1 par une fusée américaine a été un très grand succès, à la fois scientifique et technique. Entre autres, il a apporté la preuve que les technologies à la base de la conception des satellites CNES étaient au niveau de la technologie américaine, et que les méthodes de construction étaient pertinentes. L'esprit de rigueur à la base de ce succès a imprégné l'ensemble des réalisations postérieures tant au CNES que dans l'industrie spatiale française.
Les quatre lancements d'essai Diamant ont été brillamment réussis au plan militaire (cela a certainement permis de réaliser la démonstration attendue de la crédibilité de la force de frappe française, dans un monde alors dominé par les deux superpuissances). Ils ont été aussi des véhicules de satellites scientifiques et ont contribué à lancer le potentiel industriel de la France, et ce, paradoxalement, grâce à une panne ...miraculeuse!

Un autre choix de charge utile sur le premier lancement aurait permis de mettre sur orbite un véritable satellite scientifique, ce qu'exprime le Figaro du 29 Novembre 1965: "Les physiciens de la haute atmosphère avaient déploré que l'on mette sur le premier "Diamant" un "A1", simple capsule technologique alors que leur remarquable (sic) satellite D1 était prêt. La magnifique réussite de vendredi n'a pas épuisé la discussion. En effet, les physiciens ont beau jeu de regretter que le triomphe n'ait pas été plus complet et que la France n'ait pas réussi du premier coup, ce qui aurait été sensationnel, une expérience spatiale totale."

Heureusement, par suite de la "défaillance miraculeuse" de A1, les dégâts furent limités: dès Février 1966, sur le deuxième lancement, il fut possible de réaliser l'"expérience spatiale totale" à laquelle se consacraient de nombreux intervenants depuis de nombreux mois.

Remerciements
Le présent document a été élaboré avec la collaboration de François Barlier, Jacques-Emile Blamont, Jean-Pierre Causse, Marius Le Fèvre, Michel Lefebvre, Xavier Namy. Qu'ils en soient remerciés chaleureusement.

Références:
- Souvenirs et notes de l'auteur
- Souvenirs et notes de Jacques-Emile Blamont, Jean-Pierre Causse, Marius Lefèvre, Michel Lefebvre, Xavier Namy.
- Les trente premières années du CNES, Claude CARLIER et Marcel GILLI, La Documentation française, 1994
- Rencontres de l'Institut Français d'Histoire de l'Espace, IFHE publications, Paris
1- Des premières expériences scientifiques aux premiers satellites (Octobre 2000)
2- Naissance de l'Industrie spatiale française. (Octobre 2001).
- Cap sur les étoiles Pierre Chiquet, Ed. Rozan-Laffont, Paris, 2005

  ANNEXES
 
 

Figure 6: la séquence de lancement D1A
 
 

Figure 7: la trajectoire du lanceur lors des deux premiers lancements Diamant
 
page 7
x
  x

 

x