page
précedente
x
page 2
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

eoea03
 
 
  Note sur l’Orientation du Programme de Satellites de Collecte de Données et de Localisation dérivés d’Eole( Satellites en orbite basse )
 
 
 
 

1. Généralités
L’exécution du programme Eole A nous met en possession d’un acquit technique qu’il convient d’utiliser au mieux dans le développement de notre programme.

Le satellite Eole n'est pas intrinsèquement un satellite météorologique, c'est un satellite doté de deux fonctions, une fonction localisation et une fonction collecte de données qui, dans l’expérience Eole A, sont exploitées à des fins météorologiques.
On peut envisager à partir de là plusieurs évolutions :
 
  - un accroissement des performances de la fonction localisation conduit à des satellites topographiques et géodésiques dont l'étude est commencée sous la dénomination de projet Géole,
- une hypertrophie de la fonction collecte de données et l'adjonction d'une fonction distribution de données (voie centrifuge) conduit à un concept de satellites de collecte et de distribution généralement englobés sous le vocable "Eole opérationnel".
Enfin, l'adaptation a des fins de météorologie opérationnelle du système Eole a conduit à envisager des adaptations technologiques et une dégradation des performances orientées vers l'obtention d'une charge utile Eole ballons moins couteuse.
Dans l'élaboration d'un programme de satellites dérivés d' Eole, on peut à priori envisager une séries d’étapes classées par ordre croissant de délai et de coût :
  - l'utilisation du satellite Eole A a des expériences différentes de l'expérience météorologique initiale; le projet "Eole Marine Marchande" offre l'exemple d'une expérience exploratoire de ce genre ,
- l'utilisation d'un second modèle de vol d'Eole A non modifié mais placé sur une orbite différente (orbite équatoriale ou orbite polaire) pour des expériences que ne permet pas l'orbite d'Eole A. (1)
- l'utilisation d'un satellite Eole A modifié au niveau des systèmes électroniques de collecte et de localisation soit à des fins météorologiques, les modifications visant alors à optimiser la charge utile des ballons,
soit à des fins de collecte de données,
- la construction de nouveaux satellites dérivés d'Eole (Géole, Eole opérationnel) et de systèmes de localisation et de collecte dérivés d'Eole et destinés à être embarqués sur des satellites à fonctions multiples.
Bien entendu ces étapes ne subsisteront pas nécessairement toutes dans le programme qui sera mis en oeuvre.
Il s'agit là d'une branche importante de l'activité du C.N.E.S. dans les années qui viennent et compte tenu de la variété et de la complexité des problèmes qu'elle comporte, il convient d'en organiser sans retard la préparation.
Il appartient à la Division Analyses de Missions d'élaborer à cette fin un planning d'ensemble et un calendrier et de mettre en place les liens fonctionnels avec les autres directions qui sont nécessaires pour ces travaux de préparation.
L' objet de cette note est de rassembler divers éléments dont il devra être tenu compte dans la mise au point de ce planning et de ce calendrier et en particulier de fournir des indications sur les aspects suivants :
   
  - aspects techniques, études d'avant projet
- études économiques,
- aspects juridiques,
- aspects militaires,
- relations internationales
2-Aspects techniques
Les évaluations techniques nécessaires pour orienter le programme se rangent dans trois catégories :
  - a) les études générales,
- b) les études d'avant projet,
- c) les expériences exploratoires qui utilisent généralement un hardware existant.
 
a) Les études générales
Elles concernent pour l'essentiel l'aspect "Eole opérationnel" et l'évaluation de l'intérêt du système de collecte et de distribution utilisant des satellites en orbite basse. Cet intérêt n'est pas encore démontré.
Pour parvenir à une conclusion dans ce domaine, les éléments techniques nécessaires à une évaluation technico-économique du système doivent être rassemblés en particulier sur les points suivants :
  * caractéristiques du satellite Eole opérationnel: il s'agit de définir au moyen de paramètres choisis de façon adéquate la capacité de collecte et la capacité de distribution du système et d'en dériver des conclusions au niveau de la masse des satellites correspondants et de leur coût. Il s'agit là d'évaluer des ordres de grandeur qui permettent une estimation du coût des systèmes nécessaires pour les études économiques et une comparaison avec les performances des lanceurs Diamant B, Diamant B + 4è étage. On doit en effet envisager que le choix du système puisse être influencé par les performances du lanceur national·;
Il apparaît dès l’abord que les hypothèses faites sur la technologie et les performances de la mémoire embarquable vont jouer un rôle majeur dans cette étude paramétrique globale. Il convient que cet aspect soit particulièrement étudié;
* étude de la couverture mondiale fournie par un nombre défini de satellites, (pour mémoire, cette étude a été entreprise doc PR/AM)
* étude de la centralisation de l'information collectée. Dans le système Eole A l'information collectée par le satellite est envoyée aux stations du réseau. IRIS et de là acheminée vers la métropole par des méthodes conventionnelles. L'étude de couverture mentionnée plus haut fait l’hypothèse que seules les stations de Brétigny et de Prétoria seront utilisées. Il reste que le système est bâtard en ce sens que l'information est transférée pour une partie du trajet par des méthodes non spatiales et par conséquent lentes et peu discrètes.
Il y a lieu d'étudier:
  - s'il est concevable que l'information collectée par les satellites en orbite basse soit relayée directement vers des satellites stationnaires ; une expérience de ce genre est prévue entre les satellites Nimbus F et G et les A.T.S. F. et G.
- si une méthode intermédiaire relayant les stations IRIS vers un satellite stationnaire ( Symphonie) aurait un sens.
  * étude du potentiel du hardware existant : sur un plan plus limité, il y a lieu d'étudier les possibilités offertes par le véhicule Eole, initialement conçu pour le SCOUT, lorsqu'on envisage de le placer sur une orbite relativement haute au moyen d'un Diamant B et plus précisément de voir si l'utilisation d'un moteur d'apogée implique que l'on réétudie une nouvelle structure.
* comparaison globale des systèmes de collecte de donnée en orbite basse et en orbite stationnaire; il est nécessaire qu'une analyse systématique des performances comparées des deux types de système en ce qui concerne en particulier le coût des équipements-sol de l'usager commercial soit menée à bien.
Il semble nécessaire que l'ensemble de ces études soit achevé avant que l'on entreprenne l'étude d'un avant-projet spécifique.
On ne doit pas exclure l'idée de faire une réalisation pré-opérationnelle d'un satellite expérimental qui serait un Eole modifié
 
   
page 2
x
x
x

 

x