page 3
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

eom03

 

Il serait trop long de citer tous ceux qui ont participé derrière J-P. Causse et X. Namy avec Bourdeau, J-P Guinard, M.Troublé, J-P Martichoux, etc. à la conception et à la faisabilité du système satellite.
En début 68, le segment spatial prend une tournure tout à fait satisfaisante et l’on peut s'attendre à ne rencontrer que les aléas normaux d'un projet c’est-à-dire les problèmes de qualité et les retards



CAS-A Vue d'artiste
 

Les mauvaises fées.
Malheureusement, deux séismes se préparent qui vont perturber le développement du projet et ne pas faire regretter l'apport de l'industrie dans les tâches d'intégration et de maîtrise d'œuvre.
Le premier événement est Mai 68.
Au CNES, le mouvement est modéré et plutôt bénéfique par les réflexions et le dialogue qu'il suscite dans l'établissement.
L'impact le plus sévère vient ensuite.
C'est la réduction drastique des budgets 69 et 70.
L'essentiel des projets engagés, dont Eole, est à peu près préservé mais les moyens comme le Réseau, les Essais et la logistique sont sévèrement réduits, notamment pour les investissements nouveaux.
La sous-traitance est appliquée partout où l’on pense que le CNES n'est pas indispensable et l’on cherche avec la coopération à partager une partie des frais. C'est ainsi qu'il est prévu qu'une équipe espagnole remplacera nos opérateurs confirmés aux Canaries et que se négocie le même transfert à Prétoria. C'est peut-être un peu hâtif et Eole aura à le regretter quelques mois plus tard!

 
 

 

x