page 6
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

eom06

Les stations de lancement de ballons.
Dès le début du projet Eole, l'Argentine apparaît comme la meilleure base pour assurer l'ensemencement des ballons dans la zone d'étude choisie.
Il y a depuis 1962 un accord de coopération avec la CNIE (Comision Nacional des Investigaciones Espaciales) et après une mission de prospection CNES, quatre sites de lancements sont retenus. Ce sont du nord au sud, Huacalera (Jujuy), Mendoza, Neuquen et Lago Fagnano (Ushuaia ). Les essais en vol font rapidement abandonner Huacalera dont la latitude tropicale fait craindre des givrages catastrophiques.
En 1968, l'accord avec la CNIE est signé et au CNES une réflexion approfondie est menée pour définir une procédure qui permette dans des climats très différents de lancer 5 à 6 ballons par jour dans chaque station.
Le vent est l'ennemi des ballonniers. C'est pourquoi les lancements se font plutôt au lever du jour où on a un calme relatif. Divers dispositifs avaient été essayés par la Division Ballons pour diminuer l'effet du vent. Lancement à partir d'un véhicule et aussi filets verticaux réduisant la vitesse du vent.
C'est le principe d'un abri et d'une régulation de la vitesse du vent pendant la phase de lâcher du ballon qui s’avère le mieux adapté au lancement de ballons qui avec leur nacelle constituent un ensemble fragile de plus de 12m de haut.


Station de lancement

Après avoir consulté plusieurs laboratoires universitaires spécialistes d'aérodynamique, l'étude du bâtiment de lancement est confiée à la Société Eiffel et la réalisation à Thomson.
La station Eole est pratiquement un cube métallique de 18m de côté dont la partie supérieure est une grille qui freine le vent et permet une montée en douceur du ballon. Le lancement peut-être fait sur trois faces du bâtiment choisies en fonction de la direction du vent.
Une première station-prototype est construite à Aire sur l'Adour pour étudier les procédures de préparation, de contrôle et de lancement des ballons. Pendant ces essais où sont rodées les opérations avec les ballons et des maquettes de nacelles, il n'y a pas de lancement à Aire et la grande crainte est de voir un ballon se décrocher et partir dans la circulation aérienne. Devinez comment au pays des palombes était assurée la sécurité!
Trois stations sont ensuite bâties en Argentine et un Centre de coordination installé à Buenos Aires. Il faut s'adapter aux méthodes administratives et commerciales sud-américaines et ce n'est pas sans quelques difficultés sur le terrain, mais elle sont surmontées avec un réel soutien des autorités argentines et de l'Ambassade.
En fin 1970, les stations sont prêtes. Les équipes Sodeteg d'une douzaine d'agents français et argentins les exploitent remarquablement. Les campagnes de lâchers de ballons débutent fin août 1971 et s'arrêtent respectivement début octobre à Mendoza, début novembre à Neuquen et début décembre à Lago Fagnano en raison des risques de givrage. La grande incertitude que représentaient les ballons est levée et le résultat dépasse tous nos espoirs.
Quand on met fin à l'expérience en décembre 1972, plusieurs ballons affichent plus de 450 jours de fonctionnement en vol et la durée de vie moyenne dépasse les trois mois espérés.
Les stations seront en service pendant un an et les lancements d'essai et opérationnels se feront pendant environ six mois en 1971.
 

 

x