page 9
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

eom09

 

Post-Eole, un programme méconnu.
Pour le satellite Eole, il y avait une vie après les ballons. Pendant le développement du projet, une réflexion est menée pour lister les applications possibles de la localisation et collecte de données.
La navigation maritime paraît immédiatement un secteur intéressant et le premier contact est pris avec un navigateur encore peu connu qui vient d'acheter Pen Duick IV pour faire la Transat 72. Alain Colas, c'est lui,  accepte une balise Eole sur son bateau, gagne la course et inaugure la localisation qui fera la notoriété publique d'Argos

D'autres localisations maritimes suivront, des voiliers américains, une croisière du paquebot France, etc.…
Comme Eole localise à quelques centaines de mètres près, ce sont nos amis de la Nasa qui inaugure avec succès la première localisation de voiture sur les autoroutes autour de Washington.
Mais, Eole reste un programme scientifique, il va continuer à être utilisé par le LMD et d'autres laboratoires.
Une campagne de bouées météo dérivantes est organisée et des icebergs sont suivis par satellite.

Enfin, on pourrait oublier que le projet avait prévu aussi des balises fixes qui ont été très utiles pour affûter le traitement mathématique et qui ont inspiré un beau projet de géodésie qui a défaut d'aboutir avec Geole sera un succès avec Doris.
En 1973, Eole termine sa carrière. On parle déjà d'Argos avec la NOAA et la NASA.
 
Commentaire personnel
J'ai cité peu de noms dans ce petit retour sur le projet Eole. Je n'ai pas oublié qu'il a été un formidable travail d'équipe, mais j'aurais dû en nommer trop.
Tant de personnes se sont dévouées pour relever ce défi auquel peu de monde croyait.
Quand je parle d'équipe, je ne limite pas au CNES l'enthousiasme suscité par le projet. Il y eut le soutien de nos collègues de la NASA, des responsables de la CNIE et des chercheurs et techniciens des Laboratoires qui ont participé au projet.
Et puis il y a eu l'industrie, car Eole est surtout un projet industriel. Derrière les quatre maîtres d'œuvre délégués SNIAS, Thomson-CSF, LCT et EMD, on retrouve pour le satellite tous les industriels qui avaient déjà abordé le spatial (Matra, RTC, Starec, Intertechnique, CIT-Alcatel, ….) , pour le ballon et la nacelle Zodiac, EMD et aussi Saft, Crouzet. Sintra, ATS, CEL, Sopéméa,…
Sans oublier pour les stations, Sodeteg et Thomson-Tec. Il y a beaucoup à raconter sur Eole et je souhaite que l'on soit nombreux à s'exprimer sur ce site.

 

x