Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

fr1f02
page 2

Phase préparatoire (1959-1962)
En mai 1959, le Comité Ionosphérique de l'AGARD , alors présidé par le Dr Newman, organisa à Paris un colloque sur les couches élevées de l'ionosphère.
Deux chercheurs du National Bureau of Standards amencain, un Anglais, le Dr Owen Storey et un Français, Roger Gallet, présentèrent une communication montrant qu'aux altitudes élevées (quelques centaines à quelques milliers de kilomètres) la densité d'électrons - qui est à ce niveau la caractéristique essentielle du milieu ionisé - se déduisait très simplement du rapport entre les amplitudes des deux champs électrique et magnétique d'une onde très longue provenant d'un émetteur au sol; ce résultat découlait des travaux de Storey qui avait en 1953 montré qu'une telle onde, après avoir subi une absorption intense à la traversée des basses couches de l'ionosphère, se propageait ensuite avec une atténuation très faible le long des lignes de force du champ magnétique terrestre.
J'assistais à cet exposé et fus immédiatement frappé par l'intérêt qu'il présentait pour les études futures du CNET. On savait déjà au CNET déterminer le champ magnétique d'une oncle très longue; il suffirait donc d'ajouter à cette mesure celle du champ électrique pour étendre le domaine d'investigation antérieur à des altitudesbeaucoup plus élevées, où tout était encore à découvrir. On pourrait en même temps passer d'une expérimentation sur fusée à une expérimentation sur satellite. Enfin, du point de vue scientifique, certains chercheurs du CNET soupçonnaient l'existence dans la haute ionosphère et dans la magnétosphère (au-dessus de 1 000 km environ) d'irrégularités d'ionisation, en fibres ou coquilles, orientées le long des lignes de force du champ magnétique terrestre, qui pourraient donner lieu à un véritable guidage des ondes radioélectriques . Ce serait là un moyen de confirmer - ou d'infirmer - cette hypothèse.
Je fis part de ces considérations à l'Ingénieur Général Roger Giblin, qui était à la Direction du CNET le responsable des programmes de recherches spatiales, ainsi qu'à Blassel, et, après consultation de Gallet qui nous encouragea vivement à aller de l'avant, le principe d'une expérience satellite fut retenu. Il restait toutefois à trouver le moyen de lancer ce satellite, moyen qui ne pouvait à l'époque être recherché qu'aux Etats-Unis. Nous songeâmes d'abord à une aide militaire et la question fut posée au Dr Newman, lors d'une de ses visites au CNET en juillet 1959. Mais la chance devait cette fois nous favoriser et nous permettre de concrétiser bientôt nos projets.

De gauche à droite: moduel Nike-Asp, module Nike-Cajun, module Aerobee

 

sommaire
page précédente
page suivante
Advisory Group for Aeronautical Research and Development, organisme de l'OTAN.
Ce phénomène de guidage des ondes très longues ou même des ondes courtes a fait l'objet de publications ultérieures d'ingénieurs du CNE T : J. Voge, Annales des Télécommunications, Vol. 16, Nov. Déc. 1961, p. 288 et Vol. 17, Janv.-Fév. 1962, p. 34 F. du Castel, Annales des Télécommunications, Vol. 18, Sept.-Oct. 1963, p. 117.


x