page
précedente
x
page 2
sommaire
page précédente
page suivante

Vous avez:
- une remarque à faire
- une correction à signaler
- une information à donner
- une idée à suggérer

Notez la référence de page ci-dessus, cliquez l'icone de mail ci-dessous et envoyez moi votre message avec la référence

Merci

fu0502
 
 
 
 
 
La mise application de ces directives du Gouvernement conduisent le Président du CNES à décider le 6 novembre 1974 une série de 17 dispositions, dont les N° 9 et 10 concernant le programme fusées-sondes :
  "…
- 9 - Le programme fusées-sondes sera arrêté au 1.7.1975 au CSG, c'est-à-dire en principe après les 4 premiers tirs FAUST, les tirs EXAMETNET du premier semestre, les tirs au bénéfice de la CONIE et éventuellement ceux de la COBAE. Des dispositions seront prises pour stocker ou vendre les équipements fusées-sondes dans le cadre des hypothèses suivantes :
  - les charges utiles 220-221 pourraient être tirées en 1977 ou 1978 du CSG ;
- le programme EXAMETNET reprendra avec la réactivation du CSG ;
- certains matériels pourront être mis à disponibilité des TAAF pour les tirs de fusées météorologiques soviétiques M 100 aux Kerguelen ;
- des campagnes fusées-sondes embarquant des expériences scientifiques françaises pourront avoir lieu à Kiruna ou aux Iles de Heyss.

- 10 – L'expérience KALOS pourra être poursuivie dans les conditions suivantes :
  - le lancement devra être effectué sur fusée américaine BLACK BRANDT à partir des USA ; - on cherchera à obtenir une participation américaine la plus large possible ;
- les autorisations de programmes susceptibles d'être ouvertes pour le programme fusées-sondes seront définies d'ici le 20 novembre."

Le 18 décembre 1974 une décision du Directeur Général, Michel Bignier, s'appuyant sur la précédente et dédiée plus spécifiquement aux nouvelles divisions "Projets d'Applications" et "Projets Scientifiques" de la sous-direction "Systèmes et Projets".

Eridan (Kerguelen 1975)

La notification faites au CNES le 7 août 1974 par le ministre de l'Industrie et de la Recherche, 813,5 MF à comparer à la demande initiale de 1114 MF fait prendre conscience au CNES de la gravité de la situation.
La Direction des Affaires Economiques et Financières écrit, dans une note du 17 septembre 1974 dédiée à la préparation du budget 1975 :
"…Dans l'attente des directives gouvernementales qui résulteront du Comité Interministériel d'octobre, le CNES a fait ressortir que le budget provisoirement accordé était absolument incompatible avec le maintien des objectifs actuels de la politique spatiale et que la seule solution proposable, bien que très lourde de conséquences, serait celle de l'abandon immédiat du programme Ariane."

Cette mesure arrive en tête des hypothèses de travail retenues par le CNES, à côté notamment, du respect des autres engagements internationaux, de la fermeture du Centre Spatial Guyanais dans l'été 1975, de l'arrêt du programme Diamant après les trois prochains tirs (Starlette, D5 et D2B), et des économies draconiennes sur le fonctionnement de l'Etablissement.
Avec ces hypothèses, le schéma de projet de budget 1975 qui figure dans la même note accorde 5,4 MF au programme Fusées- Sondes, à comparer aux 9,1 MF de l'esquisse 1975 et aux 15,7 MF de la subvention 1974.

(à gauche) Bernard Golonka chef de la division
fusées-sondes à Resistancia - Argentine 1967
Quelles sont désormais les perspectives de la division fusées-sondes avec un budget réduit à sa plus simple expression, un titre distinctif qui s'éteint dans une nouvelle organisation et un avenir suspendu à des choix de scénarios dans le document de "Politique spatiale" en cours d'élaboration au CNES ?
Tout va se précipiter.

Dans le cadre de la préparation du Conseil interministériel du 3 octobre 1974, le document de "Politique Spatiale" préparé par le CNES en septembre 1974 propose, à côté du maintien de la "politique actuelle" (option 1), un choix de sept autres options alternatives de programmes, en retrait sur la politique suivie, avec leurs conséquences (notamment budget annuel en 1975) :

  Option 1 (1020 MF) : Maintien de la politique actuelle
Option 2 (815 MF) : Abandon d'Ariane et achat de lanceurs à l'étranger
  - Option 2.1 : Achat de lanceurs aux Etats-Unis,
- Option 2.2 : Achat de lanceurs avec mise en concurrences des Etats-Unis et de l'Union Soviétique,
Option 3 : Européanisation accrue des établissements nationaux ou abandon total ou partiel du Centre Spatial de Toulouse
  - Option 3.1.1 (950 MF) : Européanisation des Centres Techniques du CNES
- Option 3.1.2 (950 MF) : Abandon partiel de programmes nationaux
- Option 3.2.1 et 3.2.2 (815 MF) : Abandon de la majorité des programmes du CNES et fermeture quasi totale du CST
Option 4 (523 MF) : Programme réduit à la recherche fondamentale

 
 
   
page 2
x
x
x

 

x
Décision N°289/CNES/P du 6 novembre 1974
Décision N°323 CNES/DG du 18 décembre 1974
Note CNES/DAF/
Politique Budgétaire et Financière, Préparation du Budget pour 1975, note en diffusion restreinte, 17 septembre 1974